search
S'inscrire

Articles

Eïla - journal d’une aventure en 5 jours
Eïla - journal d’une aventure en 5 jours
Antoinette, le 13/06/2024
EILA - JOURNAL D’UNE AVENTURE EN 5 JOURS Eïla j’ai d’abord vu ça d’un œil distant. Je me connais, les jeux narratifs ce n’est pas pour moi ! Habituellement je regarde de loin les jeux à campagne, le...
Les nommés pour le Spiel des Jahres sont
Les nommés pour le Spiel des Jahres sont
Sysyphus, le 11/06/2024
Comme promis, voici une des annonces les plus attendues de l’année : la liste des jeux nommés et recommandés par le jury du Spiel des Jahres dans les 3 différentes catégories : :red_circle: Pion Rou...
La Semaine du Pouic #21 : Spiel Poil
La Semaine du Pouic #21 : Spiel Poil
Sysyphus, le 10/06/2024
Salut à tous TricTraciens et TricTraciennes ! J’aurais pu vous parler de mon week-end de jeux à ma convention locale, SaltCon, des résultats des élections, de la finale de Roland Garros, du résultat ...
[CVC!#10] - Ca Vaut le Coup ! - Tiki - Evaluer une position
[CVC!#10] - Ca Vaut le Coup ! - Tiki - Evaluer une position
MasterMindM, le 06/06/2024
[Tiki] image issue de la page de l’ancienne campagne KS de Tiki Ca Vaut le Coup ! L’article d’aujourd’hui allant potentiellement être légèrement conséquent (dédicace à toi @macnamara :grin: ), ...
Dungeon Saga Origins
Dungeon Saga Origins
fatmax66, le 05/06/2024
DUNGEON SAGA ORIGINS Le Dungeon Crawler est un genre qui perdure. Sorti en 1989, Heroquest fit office à l’époque de précurseur. Le quatuor magicien/barbare/nain/archère elfe a su rester avec les année...
La semaine du Pouic #20 : 1 an de CNRL, déjà ?!
La semaine du Pouic #20 : 1 an de CNRL, déjà ?!
Rodenbach, le 03/06/2024
Cette housse de couette reflète tout à fait mon état mental, de jour comme de nuit, depuis qu’on a lancé le CNRL :face_with_spiral_eyes:. 1 an de CNRL, déjà ?! Oui ma bonne dame, mon bon monsieur, c...
Solstis : je n'avais pas envie de l'aimer!
Solstis : je n'avais pas envie de l'aimer!
Antoinette, le 29/05/2024
Malgré une jolie enveloppe le jeu reste abstrait et donc se présente par sa mécanique qui, avouons-le, n’est pas ce qu’il y a de plus simple pour se représenter un jeu sans y jouer. Sauf que voilà, av...
La Semaine du Pouic #19, la stratégie qui tombe à pouic!
La Semaine du Pouic #19, la stratégie qui tombe à pouic!
MasterMindM, le 27/05/2024
Passer de pouic en pouic, c’est ça la tactique ! :brain: Salut à tous TricTraciennes et TricTraciens ! On m’a rapporté une drôle de discussion qui aurait eu lieu aujourd’hui… mastermindm : pour...
Podcast - Interview Paul Henri Argiot/Pau'Tos Jeux 2/5
Podcast - Interview Paul Henri Argiot/Pau'Tos Jeux 2/5
Eyridïl, le 24/05/2024
Pau’Tos Jeux Les 13 et 14 avril dernier s’est déroulé le Festival des jeux de Pau et comme chaque année j’y suis bénévole. J’y vois cette année l’occasion de porter ma casquette du CNRL, le Centre Num...

Sur le forum

Ouverture des adhésions 2024
Ah oui tout à fait !

Rodenbach

14/06/2024

Evenfall - parlons-en
Première partie solo avec plateau nuit (clan Le Cercle) Victoire 113-108 Bon c’est pas foufou comme écart mais je me demande si les plateaux nuit ne facilitent pas le jeu et le scoring contre l’automa (je vais voir avec les autres clans pour savoir si ça confirme ou pas cette impression déjà émise par aurelh) J’aurais certainement mieux fait au final si j’avais mieux coordonné mes actions notamment l’activation du jeton clan avant d’effectuer les transferts.

Jost

14/06/2024

Les mécaniques que vous aimez le moins
Oui je pensais à 504. Après je ne connais pas en détail si la comparaison est pertinente.

OverWhirl

14/06/2024

Vos jeux de plis préférés (anciens & nouveaux )
Le Barbu est assez connu, mais pas la version que j’ai apprise. Uniquement à 4 joueurs, avec un jeu de 52 cartes. Chaque joueur va successivement faire 7 phases (il va choisir l’ordre en fonction de son jeu) : Atout (le déclarant choisit la couleur) Réussite (le déclarant choisit la carte d’ouverture) Barbu (éviter de ramasser le roi de cœur) Cœurs (éviter de ramasser des cœurs, en particulier l’as) Dames (éviter de ramasser des dames) 2 ders (éviter de faire les 2 derniers plis) Levées (faire le moins de plis possible) Le tout avec un système de contres/surcontres particulier qui donne un intérêt démultiplié au jeu (on va par exemple essayer de refiler le barbu à quelqu’un qui nous a contré, etc…) et un système de décompte des points un peu alambiqué (mais logique).

Ara Qui Rit

14/06/2024

Débat Hebdomadaire N°4 : LADR USA/Europe
Donc on est poissard ^^

Babar Le Barbare

13/06/2024

A la recherche d'un Landcrawler/Dungeoncrawler Solo
Bien sûr mais c’est le prix du jeu. C’est pas une question de budget, c’est surtout le fait de payer un jeu d’occasion 2x plus cher que son prix neuf. (Top ce lien, merci à toi!)

Unagi

14/06/2024

Game Brewer : Voilà, c’est fini
Oh merdum ! Il va falloir que je me dépêche de me procurer LES PALAIS DE CARRARA … je ne me préoccupe pas vraiment de savoir qui édite, mais je pense que c’est le seul que je connais de chez eux.

Janabis

14/06/2024

Dorf Romantik - avis?
J’ai vu des vidéos de Petite Mer qui pourrait se comparer a Dorf Romantik mais sans le coté campagne. A tester

Patishou

14/06/2024

Les liseuses (ce titre doit faire au moins 15 caractères)
merci, oui j’ai vu des vidéos dessus mais bon je me méfie toujours des avis à chaud

Harry Cover

10/06/2024

Les avis

  • boîte du jeu : undefinedRoll and Write. Tout petit jeu très limité... qui marche super bien!
    Comme souvent avec ce site, les avis se mélangent entre un jeu principal et une de ses variantes (ici Alhambra et la version roll and write). Je précise donc que je parle bien de cette version dés+crayon du classique. Tout d'abord, ne vous attendez pas à une merveille mitonnée aux petits oignons: Queen Games et Dirk Henn semblent avoir fait le minimum pour capitaliser encore un peu plus sur ce jeu qui doit en être à sa dixième variante, dont certaines assez étranges et passablement inutiles (l'incongru Granada) sans compter le nombre impressionnant d'extensions, également souvent dispensables. Le lien avec le jeu de base est ténu, surtout visuel, mais le fait de ne plus avoir de phase de paiement en différentes devises en enlève à mon sens toute la sève. On n'a plus l'impression de construire son Alhambra mais d'acheter des maisons d'un quartier déjà existant, dans un roll and write générique très facile à jouer même pas des enfants. En lançant des dés, on construit (ou achète) tel ou tel type de bâtiments sur une grille en tentant d'en avoir la majorité (soit en atteignant le maximum en cours de partie, soit en ayant une des 3 premières places en fin de partie). On peut aussi remplir des colonnes ou des lignes pour avoir des points. Si les dés nous donnent plusieurs bâtiments déjà construits, on peut décider de faire l'action "pièces", qui rapporte de l'argent. Ce dernier permet soit de changer les résultats des dés (une unité par pièce) soit d'acheter deux bâtiments (utilisant ainsi les 4 dés dont les croisement proposent des emplacements, un peu comme dans Targui). Et.. c'est tout! Les critiques sur ce jeu sont souvent assassines, et je m'apprêtais à bien m'ennuyer, eh bien... pas du tout! Le fait de passer les dés qu'on n'a pas utilisé au joueur suivant sans en changer la face ne sert pas à grand chose mais c'est assez sympa. Bizarrement, on se plaît vraiment à remplir ce tableau de majorités commun avec sa grille de bâtiments, il y a vraiment un feeling de classique jeu de majorité allemande des années 2000 vraiment agréable et tranquille. Tout cela est tellement simple que ça se transforme vite en une série d'enjeux psychologiques assez intéractifs: doit-on s'épuiser dans une guerre inutile pour un bâtiment très disputé ou partir sur un autre dont la première place en fin de partie nous rapportera plus, sans avoir construit autant? Doit-on égaliser le premier d'un type de bâtiment et laisser la seconde place rapporter d'avantage au 3ème, qui lui ne devra pas partager les points? Doit-on se concentrer sur les lignes bonus, ou bien peut-être faire beaucoup de pièces pour réussir ses derniers tours? Le temps de jeu est parfaitement bien étudié, car la partie se termine à chaque fois au moment où on a eu le temps de répondre à toutes ces questions, donc avant que ça s'éternise. Je lui trouve même un point de règles supérieur à son grand frère, même s'il est difficilement comparable: le fait de scorer soit lorsque qu'on atteint le maximum soit à la fin de partie donne une souplesse appréciable, que les cartes de décompte disséminées dans le deck d'Alhambra n'offraient pas. Enfin, j'ajouterai que le fait de gagner beaucoup plus de pièces (donc de choix d'emplacements et de coups fumants) vers le dernier tiers de la partie offre une accélération intéressante, complètement incompatible avec l'ennui abyssal dont parlent la plupart des avis. Toutes ces sensations basiques du jeu de majorité à l'ancienne, on les retrouve dans ce petit jeu de pique-nique, bien mieux que dans la plupart des mini euros games, souvent poussifs, laissant une sensation d'inachevé. Au final, le manque d'ambition de ce roll and write basique lui réussit parfaitement: on passe un excellent moment avec des joueurs de tous âges. Si on le compare avec n'importe quel autre roll and write pas trop pourri, il semble terriblement limité, mais ce n'est pas très juste car ses qualités résident justement dans ses limites!

    grotesk

    10/06/2024

    7
  • boîte du jeu : undefinedUn Rosenberg écolo-zen, équilibré et pépère
    Voici une histoire de chauves-souris mangeuses d'oranges (ou quelque chose comme ça). Le jeu semble conçu pour nous montrer l'importance de cette espèce dans l'écosystème d'une région africaine. Les villageois gagnent de l'or, mais il faut qu'ils s'éduquent à l'écologie car les roussettes disséminent (dans leurs excréments) les graines de futurs arbres. Je ne connais qu'une dizaine de jeux de Rosenberg, mais parmi ceux-là je dirais qu'Atiwa a un feeling un peu entre Hallertau et Agricola Family. La ferme a été remplacée par un écosystème (incluant l'homme) mais ça ne change pas grand chose. Le placement des meeples sur un plateau central, qui permet d'alimenter et d'optimiser une sorte de mouvement perpétuel dans sa zone personnelle, est très similaires à ces deux autres jeux relativement récents de Uwe. Niveau complexité c'est plus simple que le premier mais quand même plus complexe que le second -on est donc dans de l'expert léger, à la limite du familial +. L'idée de mouvement infini à optimiser est sans doute encore plus nette, plus aboutie qu'auparavant, et de plus elle est appuyée par un thème écolo assez cohérent qui lui colle parfaitement. En ce sens, c'est sans doute l'un des jeux les mieux thématisées de son auteur. Évidemment, le côté politique est sans doute un peu naïf et condescendant (un riche auteur de jeux allemand qui essaie de convaincre des africains qu'il faut respecter la nature plutôt que de chercher de l'or en polluant) mais saluons tout de même cet effort, assez rare dans l'univers de l'euro game, qui semble souvent utiliser les thèmes "nature" par pur opportunisme (coucou Caldera Park, Ark Nova, Cascadia...). Je spoile déjà un des points les points les plus malins du jeu: comme l'esclavage dans Endeavor, vous POUVEZ utiliser la pollution, la règle ne va pas immédiatement vous punir. Simplement, vous en réaliserez tout au long de la partie les implications -ici par la dégradation de vos paysages, avec des conséquences sur la place disponible. S'il le veut, un joueur PEUT donc prendre de l'or en polluant à fond et en construisant de grandes villes très peuplées, tout en faisant l'impasse sur les chauve-souris, le souci à gérer dans ce cas étant qu'on n'a vite plus d'arbres pour construire ces villes, qu'on doit concentrer en bas des cartes là où la pollution n'est pas arrivée! Très intéressante expérience d’écologie ludique. Le très grand choix des cases d'action et la facilité à nourrir ses familles ou héberger ses chauves-souris en fait un placement d'ouvriers "à la cool", sans beaucoup de tension -il faut vraiment le faire pour se taper des points de famine à la fin. Atiwa, c'est donc un peu Agricola qui aurait fumé un spliff: le placement est assez large et non punitif, il n'y a aucune carte à connaître, tous les éléments interagissent assez facilement pour faire fructifier (c'est le cas de le dire) son système, il faut juste bien se tenir au courant de comment on marquera des points en fin de partie. Et là, c'est tellement équilibré qu'on a vraiment du mal à savoir qui est en train de gagner: les villes rapportent beaucoup mais elles sont obtenues avec beaucoup d'or, qui lui-même rapporte des points, donc on fait juste une petite plus-value. Bof donc... Les chauves-souris rapportent au dessus de 10, donc pas pour ceux qui en ont utilisé peu. Les familles donnent pas mal de points sur le tableau, mais elles sont coûteuses en nourriture (on peut les nourrir au lait de chèvre au début, mais ça devient rapidement insuffisant). Chaque source de point possède donc sa compensation bloquante, à tel point qu'on se demande comment on obtient finalement entre 80 (assez mauvais) et 120 (excellent). Il n'y a pas vraiment plusieurs "strats" mais une nécéssité d'équilibrer son économie à chaque instant tout en prévoyant un peu l'avenir. Très très astucieux tout en demeurant simple et lisible. Je n'ai donc pas l'impression qu'il existe de nombreuses alternatives dans les façons de gagner, mais la grande variété des cartes paysages (qui elles rapportent très peu de points, voiret en enlèvent, mais donnent de nouveaux lieux pour nos arbres, fruits, animaux) produit une variabilité/rejouabilité bien supérieure à celle d'Agricola Family, et beaucoup plus sympathique à mes yeux que les centaines de cartes à conditions de Hallertau -je trouve ces dernières indigestes, hasardeuses et trop individualistes, un peu comme les cartes à combiner de l'âge de pierre. A propos de ces cartes paysages, je n'ai pas du tout compris le coup des maisons abandonnées, sur une carte qui enlève carrément 5 points: quel est leur intérêt au juste, vu qu'on ne peut pas mettre de famille dedans??? Comme dans Hallertau et Agricola Family, on est vraiment dans un schéma de "solitaire à plusieurs", amplifié par le peu de tension. Ce n'est pas un défaut, il faut juste le savoir: une partie du charme d'Atiwa vient de son côté zen, mou et quand même assez répétitif. Au final, voilà une séance de pose de meeples très compacte, équilibrée,mais pas trop sèche. On retrouve le côté foisonnant d'Hallertau mais pas son artillerie lourde (les 3 plateaux personnels, les cartes à conditions désagréables, les moutons à sauver...), on a aussi le côté convivial d'Agricola Family mais pas son absence totale de variabilité (cette rigidité qui le rapproche d'un simple casse-tête/puzzle). En fin de partie, on ressent juste un petit regret quant à l'absence d'objectifs à atteindre, qui pourtant existent dans la version solo avancée. Uwe a-t-il pensé que c'était inutile pour la version multijoueurs? C'est un peu dommage, même si la stratégie assez uniforme et l'absence de côté "bac à sable" laissent à penser qu'établir une liste d'objectifs équilibrés pour lesquels lutter n'était pas forcément une tâche facile. J'en profite pour noter que le mode solo est l'un des meilleurs que j'ai jamais vu: comme celui d'Hallertau, il ressemble exactement au jeu à plusieurs, mais le plaisir est encore supérieur, plus proche du mode solo de Loyang. Peut-on vraiment à chaque fois souhaiter un nouveau Rosenberg variable et tendu? Ne peut-on pas au contraire accepter la personnalité particulière de chaque nouveau jeu et considérer qu'il ne s'agit pas d'une erreur mais d'un geste de son auteur? Si on continuer à tout comparer à Agricola, on ne verra jamais les qualités de toutes ses productions suivantes (les chaînages fous de Ora et Labora, la liberté de Caverna, l'élégance minimaliste, presque arty, de Spring Meadow...) De telles qualités propres, Atiwa en possède beaucoup et trouve très bien sa place dans l'oeuvre foisonnante de Rosenberg. On ne peut pas dire que le concept d'écosystème, à haut potentiel ludique, soit totalement légitimé par ces mécanismes un peu tirés par les cheveux. Ce lien thème/mécanisme était beaucoup plus évident dans un jeu comme Evolution, mais si Roenberg passe durablement du farming à l'écologie, on peut penser qu'il va nous pondre quelque chose de plus poussé dans ce style d'ici peu de temps. Un "Ecologia", c'est pour bientôt?

    grotesk

    04/06/2024

    8
  • boîte du jeu : undefinedExcellent !
    Excellent jeu ! :o)

    Arathelis

    04/06/2024

    8
  • boîte du jeu : undefinedD'avantage qu'un énième test de mémoire
    De temps en temps, il y a un jeu pour enfants qui est tellement génial qu'en réalité il peut être joué à n'importe quel âge. Dans cette catégorie, je mets par exemple Château Roquefort, River Dragons, Pingouins ou même Water Lilly. Je n'hésite pas à sortir ces jeux même quand il n'y a pas d'enfants dans le coin, car ils sont juste brillants! Los Mampfos c'est exactement ça, et en plus c'est vraiment un jeu pour les très jeunes, contrairement à par exemple Water Lilly qui sous ses aspects enfantins est déjà plutôt costaux à assimiler. Et surtout, los Mampfos n'est pas juste d'un memory en mouvement (comme par exemple l'infernal Pater Noster) car les joueurs décident eux-même de la composition colorée qui ressort des ânes de temps en temps (lorsqu'ils font caca). Pour gérer et réguler les actions, Rudiger Dorn a intelligemment intégré deux mécanismes qu'on trouve parfois dans des euro games: l'ordre des événements est scripté par un paquet classé par petits paquets (comme dans par exemple Orléans) et le choix des joueurs s'effectue avec une roue à choix secret (ex: Maharadja). Cette utilisation de mécanismes un peu sophistiqués dans un jeu clairement enfantin fait un peu penser à ce qu'à fait plus tard (et à de nombreuses reprises) Phil Walker Harding. La subtilité par rapport à une simple variante du sempiternel memory, c'est qu'on ne parie pas systématiquement sur la couleur qui sortira le plus, mais plutôt sur celle que l'on n'aura pas à partager! Par exemple, si vous avez discrètement (et en plusieurs fois) placé des jetons bleus dans l'âne marron (tout en y mettant d'autres couleurs variées) il y a de fortes chance que personne à part vous ne soit au courant. Le fait qu'il y ait un choix parmi 5 couleurs, ce qui fait quand même beaucoup, est vraiment le point fort du jeu car ainsi on gagne plus souvent en tentant des tactiques que par pur hasard. D'une façon générale, au lieu de retenir un symbole comme dans un mémory, on peut "pister" une couleur, de la même façon qu'on choisit de pister un personnage en particulier dans Mascarade. Cette mécanique de double choix (1-avec quoi les remplir? 2-qu'est-ce qu'il y a dedans?) implique une forme de mnémotechnique beaucoup plus intéressante et active que n'importe quel memory, mouvant ou pas. C'est donc le jeu idéal pour réunir les générations, les enfants retenant beaucoup mieux la composition de tous les ânes, les adultes compensant avec des... vais-je oser utiliser le mot? .... STRATEGIES !!! Rudiger Dorn est vraiment bon pour faire de temps en temps un jeu accessible à tous mais malin.

    grotesk

    02/06/2024

    8
  • boîte du jeu : undefinedTrès poussif et mal équilibré
    Pour avoir jouer à un certain nombre de Legacy (Pandemic 1-2-0, Risk, Clank, Le dilemme du roi, My city, Les aventuriers du rail, Machikoro....), je trouve que Seafall (qui est sorti dans les tout premiers Legacy), n'est pas réussi. Les parties sont longues, sans que que les joueurs ne fassent énormément d'action. Le jeu est très haché du fait de lectures de paragraphes très fréquentes. Passé quelques parties, le jeu devient très redondant (contrairement à la plupart de autres Legacy, les règles n'évoluent quasiment pas). D'ailleurs certaines actions sont indispensable (exploration), là où d'autres sont plus dispensables et peuvent vous pénaliser si vous vous engager dans cette voie. Par ailleurs, beaucoup de règles ne sont pas suffisamment précises ou ne couvrent pas l'intégralité des cas possibles. L'équilibrage du jeu est très aléatoire (gain de PV qui peut très fortement varier pour des actions similaires). Enfin, les objectifs sont parfois très compliqués à comprendre (les objectifs des 2 dernières boites). Bref, je ne dresse pas un tableau très reluisant de ce jeu, qui pourtant, à permis de lancer les jeux Legacy.

    stueur

    30/05/2024

    3
  • boîte du jeu : undefinedDe la 3D facile, rapide et pas idiote
    C'est ultra simple, mais il fallait y penser: à partir d'un choix de tuiles, on pose des immeubles de 3 hauteurs différentes pour ensuite les relier avec des passerelle et ainsi gagner des points. Ca pourrait faire une séance involontaire de jeu de massacre (badaboum!) mais heureusement le matériel est très stable et les villes de grandeur limitées. Une fois qu'on a assimilé ces règles de base, on peut utiliser les cartes objectifs et rendre le jeu un peu moins simple. Dans le genre construction 3D à base de tuiles, voilà un petit jeu rapide et très efficace, presque sans interaction (on est bien loin de Manhattan, de Pueblo ou même de Casa Grande). C'est plié en une vingtaine de minutes si personne ne fait de paralysie, et on a vraiment envie de rejouer immédiatement car les villes ont de la gueule une fois terminées! C'est bien une formule habituelle de Phil Walker Harding (3D + extrême simplicité) mais je trouve qu'elle fonctionne bien mieux ici que dans Lama Land ou la poussive extension monorails de Barenpark (je n'ai gardé que les tuiles Grizzly qui elles sont sympa). Je me demande d'ailleurs si Harding n'a pas eu l'idée après cette extension, et pondant ainsi une système de passerelles nettement meilleur et basé sur plusieurs niveaux. Dernier petit détail: la boîte est super moche avec ses images "de synthèse" d'un autre âge, mais comme elle représente exactement le jeu (qui lui-même n'est pas aussi laid) vous vous y habituez très vite et n'y ferez plus attention. En voyant la boîte à Noz, j'ai pensé que ça devait être une bouse, mais j'ai lu le nom de l'auteur et vu le prix (4 euros 99): il n'y avait plus à hésiter!

    grotesk

    26/05/2024

    8
  • boîte du jeu : undefinedDe la collecte basique plus que du pré Deck Building!
    Gummi land se veut une initiation au deck building. Il dispose d'un matériel très beau et bien réalisé à base de tuiles rondes représentant des Gummis, des bonbons kawaïs colorés. Chaque joueur glisse ces Gummis dans sa boîte puis les en ressort et les dispose directement sur la table, sans doute pour ne pas avoir à gérer la pile et la main de cartes actives (difficile pour les enfants avec leurs petites mains). Dans le même esprit simplificateur, le coût des cartes est d'un côté et leur effet de l'autre. Il n'y a aucune défausse et aucune transformation/échange, puisque le but est juste d'avoir le plus possible de Gummis en fin de partie -pas de combinaisons, pas d'objectifs, rien! Les enfants adorent ces petits échanges, on est à la limite du jeu pour touts petits, mais certains combos sont possibles puisque les Gummis oranges offrent des pouvoirs. Notons à ce titre que la règle ne précise pas du tout de limite sur l'utilisation de ces pouvoirs, ce qui pose un problème lorsqu'un joueur décide d'accumuler des cartes pour faire un coup de la mort. De même, on ne "nettoie" pas le deck après un démarrage de partie avec des petites tuiles pour passer ensuite à la vitesse supérieure (jokers, fruits multiples ou effets), donc pour capturer de meilleurs Gummis il faut juste se retenir et sortir d'avantage de tuiles de sa box. Je ne trouve pas que passer et accumuler des tuiles actives (il n'y a pas de limite de main) soit une tactique très intéressante à enseigner aux enfants, ça casse un peu le feeling deck building et on se sent d'avantage dans un jeu de collection très binaire. Il est tentant d'"adultiser" le jeu en permettant d'écarter une tuile médiocre (en la retournant sur la table) pour ne pas la faire retourner dans son deck et renoncer par la même à ses points gummis, mais c'est en fait inutile: comme il n'y a pas de limite de "main", il suffit de laisser posées ces tuiles faiblardes sur le côté et de ne plus les utiliser -pour ne plus les faire revenir dans la boîte. D'accord, mais les enfants vont-ils être amenés à comprendre cela s'ils ne doivent pas faire l'effort conscient d'écarter ces cartes? J'en doute, je pense que c'est moyen au niveau de l'aprentissage PS: Un détail que je n'ai pas évoqué, c'est le petites boîtes qui contiennent des cartes un peu plus complexes avec d'autres pouvoirs. Elles sont ainsi stockées de côté pour ne pas saturer les enfants débutants dès leurs premières parties, mais les plus grands peuvent sans problème les intégrer directement dans le jeu. Sauf que certaines ne sont pas très intéressantes, par exemple le pouvoir consistant à remettre 2 tuiles de sa main dans la Gummi Box pour en reprendre deux autres aurait d'avantage de légitimité dans un vrai deck builder, avec limite de cartes en mains et tout le toutim.

    grotesk

    26/05/2024

    6
  • boîte du jeu : undefinedWaouh ! Du même tonneau que les Pandemic Legacy !
    Avis SANS SPOIL. Pour commencer, je précise que nous avons joué à la campagne à 2 joueurs, qui n'est clairement pas la configuration idéale, mais la plus simple à jouer (il est plus facile de réunir régulièrement 2 personnes que 5). La campagne se joue en 12 parties exactement. Si les 3 premières parties sont relativement courtes (moins de 30 min à 2 joueurs), cela devient de plus en plus long (jusqu'à 1h30, toujours à 2 joueurs en fin de campagne). Au début, il n'y a que la partie nord-est des USA, et au fur et à mesure de la campagne, la zone de jeu va s'étendre, et des nouvelles règles vont faire leur apparition pour une durée plus ou moins longue. Contrairement au jeu de base, les trajets ne rapporteront pas de points, ce sont les missions et les règles additionnelles qui nous ferons gagner des points de victoire. Bien entendu, le hasard a une part relativement importante mais cela n'est en rien rédhibitoire. On ressent bien la patte de Rob Daviau et Matt Leacock (qui ont réalisé les Pandemic Legacy). La qualité des règles, du matériel, et du jeu en généra, est au top. Un excellent moment à partager, à 5 si possible, mais qui fonctionne très bien à 2 aussi.

    stueur

    22/05/2024

    10
  • boîte du jeu : undefinedEnquête immersive et très réaliste
    Comme indiqué dans le titre de l'avis, le jeu est très immersif et réaliste. Il faut bien compter 4 heures de jeu pour l'apprécier. Le fait de ne pas avoir besoin de support informatique est un vrai plus car les joueurs ne sont pas derrière leurs écrans, contrairement à Detective par exemple. Néanmoins, on a la possibilité de se renseigner sur internet, en particulier pour le jargon criminel ou médical qui est très pointu. Par ailleurs, la gestion du temps via les cartes qui apportent leurs lots d'évènements est vraiment bien pensé, et il n'y a pas besoin de pions ou autres, c'est vraiment top. Il y a quand même un bémol sur 2-3 aspects qui nous ont paru un peu tiré par les cheveux, mais cela n'a absolument pas nuit à notre plaisir. Contrairement à l'avis de morlockbob (qui est bien mieux écrit que le miens), même si nous sommes des enquêteurs chevronnés de part le nombre de jeux d'enquêtes joués, il ne nous a pas semblé plus complexe que Sherlock Holmes Detective Conseil par exemple. Il y a beaucoup d'éléments à prendre en considération et on ne comprendra sans doute pas tout, mais ce n'est pas gênant. En résumé, une enquête top!

    stueur

    22/05/2024

    9