search
S'inscrire

Articles

La Semaine du Pouic #25 : Babar au CNRL
La Semaine du Pouic #25 : Babar au CNRL
Babar Le Barbare, le 08/07/2024
Avant que cette Semaine du Pouic ne débute, je tiens à vous rappeler ces quelques mots, gravé dans le Pouic depuis des temps plus qu’anciens : Nous avons besoin de vous pour la Semaine du Pouic ! ...
La semaine du Pouic #24 : On lâche rien!
La semaine du Pouic #24 : On lâche rien!
Tasmat, le 30/06/2024
Un joli rappel ludique de l’actualité. Cartes du jeu On lâche rien d’Adrien Fulda et Luc De Bois chez Coco Cherry, illustrations d’Allan Barte. Bien le bonjour à toutes et tous ! Cette semaine c...
La semaine du Pouic #22 : Pouic Pouic, qui est là?
La semaine du Pouic #22 : Pouic Pouic, qui est là?
Babar Le Barbare, le 16/06/2024
Ba-ba-bar, notre copain Babar Ba-ba-bar sauve nous du retard ! Babar ! L’entrée fracassante de notre éléphant guerrier ! Eh oui, personne n’a osé se porter volontaire pour cette Semaine du Po...

Sur le forum

Débat Hebdomadaire N°8 : Gamme Kingdomino
Avez vous le jeu? Oui, Kingdomino. Combien de parties à votre actif? Une vingtaine de parties. Jouez vous avec ou sans extension? Sans extension même si j’aimerais bien tester Age of Giants mais aussi et surtout La Cour. Quel est votre configuration (nombre de joueurs) préférée? Aucune en particulier. Le jeu est très différent quand on le joue à deux ou à quatre joueurs. Pour moi, c’est deux mondes différents et chacun à ses arguments. Quel est votre ressenti général sur le jeu? Très bon jeu. Plaisant, il se joue aussi bien de manière “familiale” et tranquille comme de façon compétitive et stratégique. Le principal défaut selon vous? RAS La principale qualité? Le fait qu’il soit accessible et en même temps très technique. On peut jouer avec des enfants sans prise de tête et ce, dès 5 ans (chez moi du moins) mais on peut aussi chercher à se “battre” avec d’autres joueurs et devoir se creuser les méninges.

Babar Le Barbare

12/07/2024

Présentation : AlexCrow
Modification faite. Merci

Alexcrow

12/07/2024

Gamme Aventuriers du Rail : Glossaire
Bonus de Région Il y a 17 Régions nommées sur le plateau. Chaque ville est rattachée à l’une d’elles (comme indiqué par le blason, la couleur du texte et le petit texte sous son nom). À la fin de la partie, chaque joueur compte le nombre de Régions qu’il a connectées ensemble et marque les points qui correspondent à l’aide du barème suivant : Si un joueur a deux réseaux distincts (ou plus), chacun des réseaux est évalué séparément. Il y a 3 Régions spéciales sur le plateau : Sardegna, Sicilia et Puglia. Chacune de ces Régions compte pour deux lors de l’attribution du bonus si toutes les villes qui la composent sont dans le même réseau. image 368×507 65.9 KB

Sysyphus

30/06/2024

Pédale a l'unité pour jeux de course
tres drôle et puis tout a la fin : tu casses le truc …

Tomfuel

08/07/2024

À supprimer merci
Ah ok jvais essayer d’effacer merci sinon merci de le faire

patlebleu

11/07/2024

Je ne trouve plus un jeu
Sysyphus a déplacé le sujet au bon endroit, en réalité ^^

Babar Le Barbare

12/07/2024

I, Napoléon [ma vie est un roman]
merci @bachibouzouk pour l’eclairage sur ce type de jeu de niche, c’est toujours tres interessant. (même si je ne suis pas de taille à me plonger dedans)

Tomfuel

11/07/2024

[Spoiler] les aventuriers du rail legacy - règle à éclaircir
fabericus: Je me demande juste si le titre du topic lui même ne serait pas un spoiler (je ne sais pas, je n’ai pas joué au legacy). Oui possible merci d avoir modifié,

Warren

11/07/2024

Utopia - Version de luxe (Voyage dans le temps)
image 1024×1024 132 KB image 1024×1024 105 KB Un peu mieux non ?

Juliano

12/07/2024

Les avis

  • boîte du jeu : undefined6 Niemen 1/2
    La carte Pologne a été libellée 6 ½ à cause de sa sortie à l’orgine uniquement sur le marché polonais. Une fois livrée au reste du monde il a donc fallu l’intégrer à la numérotation tout en respectant la chronologie des éditions. On retrouve un plateau carré peu évident à imaginer avec une forme ramassée. La grande idée est ici de jouer sur les connexions sur la partie extérieure du réseau en connectant les différents pays limitrophes de la Pologne. Aussitôt que deux pays sont connectés, on pourra bénéficier d’une carte bonus dont la valeur sera décroissante en fonction de notre ordre d’arrivée dans ledit pays. Certains pays sont plus attractifs en termes de points que d’autres, telle la République Tchèque. Pour rendre encore plus crucial l’aspect course engendré par les bonus, les cartes d’un pays peuvent être gagnées plusieurs fois par le même joueur une fois qu’il ajoutera une connexion d’un nouveau pays à son réseau. On se retrouve donc à privilégier l’obtention des cartes bonus en début de partie pour ensuite chercher à connecter nos tickets, d’autant plus qu’elles tendent à disparaître assez rapidement avec un effet boule de neige assez marqué. Il faudra donc bien surveiller nos adversaires pour ne pas leur laisser les coudées franches sur des bonus favorables, d’autant plus qu’aucun bonus Globetrotter ou chemin le plus long n’est en jeu. Visitez les pays limitrophes ! Le jeu à 4 sera bien entendu le plus intéressant tant la compétition sera accrue sur ces bonus. A 3, la bataille sera comme d’habitude plus tendue, avec l’utilisation d’un tronçon unique pour connecter deux villes sur le plateau, sans être particulièrement punitive. Avec 35 trains en réserve, les parties se jouent en 30/45 minutes plutôt qu’en 45/60 et c’est vraiment le principal atout de ce map pack en dehors du dépaysement géographique. Une carte à réserver aux aficionados, comme moi. Si la petite gymnastique cérébrale induite par la course aux bonus offre une saveur particulière au jeu, elle en fait aussi un passage obligé et incontournable, limitant ainsi les possibilités stratégiques en cours. La comparaison pâlit donc face à la Suisse ou l’Inde notamment.

    Sysyphus

    13/07/2024

    8
  • boîte du jeu : undefinedAurora Borealis
    Northern Lights aka Aurores Boréales n'est absoument pas un must-have de la gamme (scoop, aucune boite n'est un must-have) mais il me paraissait intéressant d'en parler puisque l'auteur, **Alan R. Moon**, a pu pour la première fois retravailler son design et modifier une carte qu'il avait créée dans le passé. Comme les deux cartes, **Scandinavie** et **Aurores Boréales**, ont été destinées au même public je me permets tout de même de faire un comparatif. La première, parue en 2008, était dans la lignée des opus précédents, avec un niveau d'interaction assez élevé et avec de nombreuses zones *couperet* sur la côte norvégienne, un bel entonnoir à Tornio en Finlande, et une zone de forte densité entre Oslo et Stockholm. Je ne sais pas si les contraintes du plateau vertical a scellé le sort de la version 4/5 joueurs à l'époque (la boite originale est réservée à 2/3 joueurs) mais la Scandinavie présentait également des limitations sur les possibilités de créativité dans la construction du chemin le plus long, ce qui a peut-être incité à l'utilisation du bonus Globetrotter. Dans la nouvelle carte, exit les contraintes de couleur à l'Est, exit la longue ligne droite à 9 espaces entre Mourmansk et Lieksa, exit les embouteillages. Plutôt que de chercher à dupliquer les sensations de jeu, **Alan R. Moon** a donc repris le squelette original du plateau original et l'a, dans un sens, modernisé. Alors j'utilise "modernisé" comme "prise en compte des préférences actuelles du marché du jeu" plutôt qu'une amélioration. Ne nous détrompons pas : les designs sont toujours orientés vers l'interaction et, parmi les derniers plateaux (France, Old West, Pennsylvanie, et même Japon), l'interaction est bien présente. On pourra noter qu'avec d'autres, telle la Pologne ou l'Italie, on pourra se laisser un peu plus porté par le jeu. L'un des attraits sur la version USA des Aventuriers du Rail était l'association des couleurs à des tronçons clairement identifiés. Jaunes et Verts ? Soit il a du Centre, soit il part de Seattle. Noirs et Rouges ? On dirait le Sud. Blanc et Jaunes ? Ouest. Avec des intérêts convergents, les joueurs sentaient le souffle des adversaires dans leur cou. Avec la multiplication des routes à faible nombre d'espaces, cette dimension a disparu. Contrainte de terrain de jeu ? Choix de design ? Je ne le sais pas. Je trouve néanmoins, et c'est une préférence personnelle, que la tension baisse d'un ou deux crans. **A l'interaction intentionnelle se substitute une interaction situationnelle**, où la pioche de cartes ne revèlera les intentions adverses qu'au coup par coup. Est-ce que la volonté d'intégrer des bonus variables est venue à cause de la configuration du plateau ? Ou celui-ci, émaillé de petites routes et d'escales dans de nombreux pays a lui-même défini le besoin d'avoir ces 12 cartes Bonus ? Nous retrouvons donc **un élément de variabilité**, ce concept tant à la mode, avec ces Bonus qui multiplient les façons de scorer **sans vraiment impacter nos stratégies de gestion de main, ni pousser la prise de risque,** les élements phares du jeu. A 5 joueurs, et sûrement à 3, la tension au niveau des connexions est bien présente. Elles ne seront qu'un fait de jeu à considérer sur le moment, plutôt qu'un déclencheur d'émotions ou la résultante d'un choix de la part d'un des conducteurs de train autour de la table. Aurores Boréales nous donnent l'occasion d'explorer les confins de la Scandinavie en train touristique, plutôt que les montagnes russes avec le Père Noël en pilote de la carte originale.

    Sysyphus

    13/07/2024

    8
  • boîte du jeu : undefinedmerveilleusement orienté
    La route des épices avait bien lancé la trilogie, mais les 2 autres opus ne sont pas en reste, loin de là. En particulier celui-ci dans lequel il n'y a presque pas de hasard si ce n'est le tirage au sort des récompenses placées dans les ports. Tout le reste est prévisible et demande pas mal d'anticipation. Le placement des tuiles au départ de la partie mérite réflexion quand au placement initial qui devra être fait en début de partie. Un vrai régal, et pour moi pas loin d'être le meilleur des 3 Century

    Pirate d'eau douce

    12/07/2024

    9
  • boîte du jeu : undefinedsuper jeu
    Il fonctionnait (et fonctionne toujours) très bien. un des premier wargame a faire évoluer l’état des personnages pour des batailles avec peu de personnage pourrais être rééditer avec des cartes plus jolies. et des figurines également trop datées pour ceux qui ont en avoir

    Bartold

    08/07/2024

    8
  • boîte du jeu : undefinedle jeu qui réveille le memory
    Une piste circulaire composée de sous, entourés à chaque fois par un gardien (un de chaque côté de la somme). Un memory classique (on retourne deux tuiles) mais original car ces tuiles n'ont pas besoin d'être identiques. Il faut juste retrouver les même personnages que ceux qui entourent les pièces. Comme chacun sert deux fois, le jeu de la mémorisation marche a fond. Une petite boîte qui procure son lot d'amusement pour les petits et grands.

    morlockbob

    06/07/2024

    7
  • boîte du jeu : undefinedJan, Jan et Jan* : Les Aventuriers de la charrette à bras
    Mon avis après une dizaine de parties, principalement à deux et 2 parties à 3. Pourquoi je l'ai acheté?: Il me manquait un jeu de société pour offrir durant les fêtes et n'ayant jamais essayé les "Aventuriers du Rails", le jeu est tombé dans mon caddy. Le prix modeste de 20 euros a aidé le travail de la gravité durant la chute. Illustration : Les illustrations sont jolies, et aide beaucoup à monter dans la machine à remonter le temps, direction " Amsterdam 1650". Pour pinailler***, le très joli plateau ne nous montre pas les célèbres canaux et les cartes marchandises, transports et missions auraient gagnées à avoir des couleurs moins proches les unes des autres... Thème: Une édition des "Aventuriers du rail" qui nous transportent avant l'arrivée du rail aux Pays-Bas? Pas de problème, ca marche, pas de problème. On oublie vite ce détail, les charriots auraient pu être des barques sur les canaux ou des carrosses....OSEF. Avoir conservé les noms originaux en néerlandais aident à l'immersion... Matériel : Malgré le prix modeste, le matériel est tout à fait OK! La plateau est joli et solide, les charriots en plastiques et les cartes sont un peu petites, mais ça fait le taf! Règles/mécanique : Après une ou deux parties pour assimiler les règles, les parties sont tendues, dynamiques, vives. A deux, on dépasse rarement les dix minutes de jeu. A trois, 15. Malgré cette rapidité, il faut poser des choix stratégiques à chaque tour. Je repioche? je reprends une mission? Je pose maintenant cette route ou l'enfoiré à ma droite va la prendre au prochain tour? Au fil des parties, on apprends à décoller ses yeux de son jeux pour celui des adversaires. Un avantage dans la course aux marchandises, ou bloquer une route à l'adversaire peuvent définitivement faire la différence... Jusqu'au décompte des points, l'incertitude règne : gagnerais-je? L'occasion rêvée pour y jouer: Ca rentre sans problème dans le sac à dos, alors emportez le lors de votre visite du Rijksmuseum. Posez-vous au café du musée après la visite, sortez la boite et jouez accompagné des protagonistes de la "Ronde de nuit". Variante: Tout le monde s'appelle Jan au XVII ème en Hollande, alors -1 point si vous appelez votre adversaire par son prénom du XXIème siècle. Ça me donne envie de jouer à : Je dois encore découvrir la version originale des "Aventuriers du rails" ( je sais, j'ai du retard). En conclusion : Jouez-y! Note 7/10 * Le saviez-vous : tout le monde s’appelait Jan au XVIIème à Amsterdam** ** Enfin, j'imagine. *** Aucune incidence sur la note!

    Vanco

    04/07/2024

    7
  • boîte du jeu : undefinedhaut les mains on ne boop plus !
    Avec son petit matelas et ses chatons en bois, ça partait mal. Un morpion où il faut aligner trois de ces mignons félins pour gagner. Sauf que... Les félins sont des chatons (petit meeple) et il faudra en aligner trois pour qu'ils deviennent des chats (gros meeple). Sauf que. A chaque fois que vous placez un chaton près d'un autre chaton, il boop ! Il pousse d'une case les autres chatons qui sont à côté de lui. Il faut être deux pour ne pas bouger. Et un chaton ne peut pas booper un chat, mais le contraire est possible. Mais en fait ce jeu il est trop bien ! Abstrait mais inventif. Qui veut des croquettes ?

    morlockbob

    03/07/2024

    8
  • boîte du jeu : undefinedSimple, rapide, efficace
    Très bien. Quelques ambiguïtés dans la règle cependant. Mon fils de 5 ans 1/2 - qui ne sait pas lire donc - a joué et a compris la règle à la 2e partie, il m'a même battu.

    jeanbat

    29/06/2024

    9
  • boîte du jeu : undefinedSubtil bien que trop chanceux
    Rattus Cartus a trois problèmes majeurs, qui ne sont pourtant absolument pas liés à ses qualités intrinsèques: 1- Il n'a ABSOLUMENT RIEN A VOIR (au niveau du game design pur) avec Rattus, alors qu'il est sensé en être la version cartes. 2- C'est un des jeux les moins thématiques auxquels j'ai jamais joué: on est dans de la pure mécanique, ce serait pareil si on élevait ou combattait des têtards radioactifs sur Pluton. 3- La chance est vraiment très présente. Le seul vrai rapport entre les deux jeux est le style des dessins médiévaux, de mon point de vue très réussis. Le Rattus original possédait un très intéressant principe de "majorité inversée" (ou plutôt "majorité punitive"), où notre population la plus florissante était systématiquement décimée par la peste. Il possédait aussi d'excellentes cartes de personnages à pouvoirs spéciaux (en particulier avec la première extension), qu'on passait son temps à se voler pendant la partie. Cette cohérence thématique a complètement disparu ici, puisque les jetons rats sont devenus de simples malus à ne pas trop accumuler, au risque d'être éliminé en fin de partie, si on dépasse un nombre fatidique secret (on peut l’estimer ou le découvrir avec la voyante et certains jetons de l’extension « nobilis », mais il y a déjà un gros facteur chance, sur lequel je reviendrai). Voilà pour tout ce qui peut rebuter de premier abord. Le reste, pour moi, c'est du pur plaisir. On explore à chaque tour de nouveaux bâtiments, sur lesquels on va se positionner par une enchère de pli secret: on pose un certain nombre de cartes faces cachée, pouvant nous donner la majorité (les populations) mais apportant aussi des pouvoirs spéciaux qui peuvent tout bouleverser. Il y a donc un côté bluff et une prise de risque intéressante (je ne connais aucun jeu d'enchères qui se mélange aussi fluidement avec un jeu de plis à pouvoirs). Cette prise de risque est très fun et très gratifiante lorsqu'elle réussit. Le premier joueur a un rôle un peu étrange car il n’y a qu’un tour d’enchère (à moins d'utiliser le pouvoir consistant à passer), donc s’il joue peu de cartes il peut faire de la pure figuration à ce tour. L'enchère va fixer dans chaque bâtiment un ordre de majorité, qui donne un point de victoire mais aussi un accès au pouvoir du bâtiment - le premier a doit à la version "de luxe", le second au pouvoir normal, un peu comme dans San Juan ou RFTG mais dans un cadre moins prévisible. On y gagne aussi les rats lorsqu’on a eu la majorité de façon « sale », c’est-à-dire avec des populations qui ne sont pas adaptées au bâtiment (saisissez encore là le manque de cohérence thématique par rapport à Rattus). Le charme de ce jeu, c’est qu’il y a énormément de bâtiments, donc les parties sont très différentes. Incontestablement, il y a un facteur chance au tirage très (trop) important, mais ça n’empêche pas de faire des choix et de s’amuser, surtout que le jeu est court et incite à faire plein de parties. Je me demande si, comme dans Cartagena, il ne serait pas judicieux de révéler les cartes qui vont sortir aux prochains coups, histoire de donner un peu plus de stratégie. On pourrait par exemple ne révéler que le tirage suivant, ce qui ne provoquerait pas trop de calculs non plus. Chez nous, on laisse les 2 tirages de bâtiments suivants (4 ou 6 cartes) en une rivière face cachée, et quand un pouvoir laisse regarder des cartes nonne, on espionne aussi le même nombre de cartes bâtiments à venir. D’une manière générale, Rattus Cartus donne énormément envie d’adapter les règles à la dose de hasard qui vous semble la meilleure, et c’est assez facile car les mécaniques du jeu sont vraiment ultra simples. Dans l’idée de faire beaucoup de parties à la suite sans se lasser, notons qu’il existe une extension nommée « Nobilis », qui comporte avant tout d’avantage de cartes, mais aussi l’ajout d’un module « nobles ». Si vous jouez avec le deck complet (tous les bâtiments de l’extension + du jeu de base), on peut arriver à un total de 10 piles de cartes pouvoirs à installer, même si la plupart du temps on peut en ranger certaines dans la boîte, car leurs bâtiments n’ont pas été tirés pour cette partie (ça fait un peu de place sur la table). L’extension « nobles » est un peu étrange et je ne recommande pas de l’ajouter tout de suite, mais finalement elle est plutôt sympathique. On a la possibilité d’ajouter un effet à chaque bâtiment (tous les visiteurs de ce bâtiments en profitent ou en pâtissent, tout comme de l’effet automatique déjà imprimé sur la carte bâtiment). C’est intéressant pour influencer d’avantage le tour et augmenter l'interactivité, mais finalement c’est un petit détail subtil qui ne doit pas trop attirer votre attention au début. Au final, Rattus Cartus semble appartenir à une autre galaxie ludique que son grand frère, et il eût été sans doute plus judicieux de ne pas le présenter comme faisant partie de la famille Rattus. Autant le premier jeu est un sympathique et classique jeu de majorité à l'ancienne (presque un hommage au genre), autant le Cartus est un jeu d'enchères cachées subtil et original, mais qui ne plaira pas à autant de monde vu son thème complètement plaqué et ses règles beaucoup moins intuitives. PS: Attention, comme c'est un jeu d'enchères/majorité, il est jouable mais pas extra à deux. Le nombre idéal est sans doute 4 ou 5. EDIT: SCOOP! Il y a carrément moyen de faire de Rattus ET Rattus Cartus le même jeu. Vous jouer deux phases, d'abord la phase Rattus, puis avec tous les joueurs encore présents sur le pays concerné la phase Cartus. Cela donne deux échelles, macro et mico, il faut juste décider des modalités de scoring. Chez nous, on peut encore mourir à cause de la phase Cartus (votre souverain s'est fait mordre) et on compte les points de Cartus avec un barème pour ajouter des cubes virtuels qui peuvent changer le vainqueur. Ca marche impec, on croyait faire une partie expérimentale mais on s'est rendus compte qu'on avait inventé en quelques minutes un jeu expert ultra jouable avec deux jeux familiaux+ !!! Comme on jouait déjà à 5 à Rattus (en appliquant un ajustement présente sur BGG), la différence de nombre de joueurs n'existe pas non plus, les deux jeux sont totalement compatibles et Cartus fonctionne comme une super extension !!!

    grotesk

    22/06/2024

    8